L’Iseab change de dénomination et devient désormais l’UAC

La nouvelle a été annoncée par le professeur associé Wilfrid Kasereka Kibanda, désormais recteur de l’Université de l’Assomption au Congo (UAC), au cours d’un point de presse ce mercredi 05 décembre 2018 en son Cabinet. Elle fait suite à l’Arrêté du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire signé depuis le 22 novembre 2018 à Kinshasa.

« Par l’arrêté ministériel n°407/MINESU/CAB.MIN/SMM/JPK/LMM/2018, son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, a procédé au changement de la dénomination de l’Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo « ISEAB » en sigle en Université de l’Assomption au Congo « UAC » en sigle ». Pour le professeur Wilfrid Kasereka Kibanda, cette mutation vers l’université sollicitée et acceptée par le ministre de tutelle passe dans la vision de l’Assomption de redresser le projet de l’éducation supérieur et universitaire qu’elle a dans notre pays la République démocratique du Congo

Quatre facultés autorisées

L’arrêté de son Excellence Monsieur le Ministre de l’ESU autorise le fonctionnement de quatre facultés au sein de l’Université de l’Assomption au Congo, ex Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo. Il s’agit de la Faculté de Lettres et Sciences humaines, la Faculté de Sciences de Gestion, la Faculté de Psychologie et Sciences de l’Education et la Faculté de Sciences appliquées. Le recteur de l’UAC indique que chaque faculté fonctionnera avec des départements, lesquels contiennent les sections qui étaient jusqu’alors organisées à l’ISEAB.

  • En faculté de lettres et sciences humaines, l’UAC fera fonctionner les départements de Philosophie, de Sciences de l’Information et de la Communication et le département des sciences du langage
  • En faculté de sciences de gestion, on trouvera le département d’informatique de gestion ainsi que le département des sciences de développement et management
  • Faculté de psychologie et des sciences de l’Education : cette faculté est nouvelle et n’existait pas dans le programme de formation de l’ISEAB. Ainsi, le recteur de l’UAC affirme qu’il faudra encore penser dans un proche avenir les départements qui fonctionneront en son sein. Mais il pense déjà aux départements de psychologie scolaire ainsi que celui de psychologie clinique.
  • Faculté des sciences appliquées, comme pour la précédentes, cette faculté aura des départements nouveaux jadis inexistant, à savoir le département de génie civil et le département de génie informatique.

Cette mutation d’institut supérieur à université exige une pédagogie spécifique orientée vers la recherche. Le Recteur de l’UAC mesure le défi et se dit convaincu que cela ne fera que renforcer ce que l’ISEAB faisait déjà. « L’élément fondamental sur lequel nous voudrions insister justement c’est la recherche. La pédagogie universitaire nous incite à mettre un accent sur la recherche en initiant les étudiants à cet exercice. En fait nous le faisions déjà mais nous voulions que cela soit reconnu par un acte juridique. Puisque nos étudiants font des recherches, nos enseignants sont aussi des chercheurs, nous avons des centres de recherches … dont les résultats sont reconnus. », a affirmé le professeur Wilfrid Kasereka Kibanda sur un ton d’assurance.
Quinze ans d’existence, nouvelles ambitions

La désormais Université de l’Assomption au Congo existe depuis belle lurette sous d’autres appellations. D’abord l’Institut de Philosophie pour la formation des frères candidats à la vie religieuse. Cet institut de Philosophie s’est par la suite ouvert au monde laïc en ajoutant de nouvelles sections, à savoir les Sciences et Techniques de Développement et les Sciences de l’Information et de la Communication à 2004 (appelé alors Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo, ISEAB en sigle), ainsi que la section de l’Informatique de Gestion depuis l’année académique 2013-2014 « Nous avons de grandes ambitions dans l’avenir et il faut les préparer. En mutant vers l’université nous voulons donc ouvrir aussi l’avenir à nos jeunes afin de ne pas être limités dans le temps et dans l’espace. Qui sait si dans l’avenir si  nous réunissons les conditions, on peut ouvrir le troisième cycle ? », a lancé le professeur Wilfrid Kibanda.

Richard Muhindo Taghembwa

Voici comment vous pouvez commenter cet article: Complétez le formulaire ci-dessous en mettant votre nom, l'objet de votre commentaire et le commentaire lui-même. Attention: Un commentaire non éthique ou qui ne cadre pas avec notre ligne éditoriale ne sera pas publié.

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.