Journal du 10 avril 2020

SOMMAIRE

Voici plus de cinq jours que le Nord-Kivu n’a plus enregistré des nouveaux cas de coronavirus. Les cas confirmés en province demeurent 5 dont 3 à Goma et 2 à Beni. Le ministre provincial de la santé salue la discipline des habitants. Il les encourage de continuer à observer les règles d’hygiène pour qu’on en vienne à bout de l’épidémie.

Les commerçants qui ravitaillent Butembo en denrées alimentaires sont sur le qui-vive. Avec la réduction du nombre de passagers sur les engins, ils ne savent plus tous rejoindre les marchés de l’intérieur pour s’approvisionner, et les rares y délégués sont confrontés au problème de la hausse des prix de transport et celui des produits vivriers. Ils appellent les autorités à vite s’impliquer dans l’éradication de la pandémie de coronavirus pour un retour à la vie normale.

CELEBRATION DE LA PASSION DU CHRIST

Ce vendredi saint, l’Evêque de Butembo-Beni a invité les chrétiens a médité sur la manière dont ils ont participé a la passion du Christ dans ce contexte d’Ebola. Au cours de la célébration de la passion du Christ a l’Evêché de Butembo-Beni, le Pasteur du diocèse a  signifié que seules les larmes sont insuffisantes pour participer à la souffrance du Christ mais de bons actes concrets.

L’évêque de Butembo-Beni est revenu sur l’appel aux respects des règles édictées pour combattre la pandémie de coronaviru.

Le rite de la passion du Christ a été célébré dans un contexte de lutte contre la maladie à coronavirus au monde. Les rassemblements des chrétiens ne sont pas autorisés dans des paroisses du pays.

RELIGION \ SENS DU VENDREDI SAINT

Vendredi saint, c’est ce 10 avril. Il s’agit d’un deuxième jour du tridum pascal qui rappelle aux chrétiens la crucifixion ou la passion de Jésus Christ.  Le Père Wilfrid Kibanda, philosophe,   explique que la crucifixion de Jésus est une souffrance qui a permis au monde de reconnaitre Jésus comme Messie et favoriser la confession des hommes.

A l’occasion de Vendredi saint, l’Eglise universelle organise le rituel de chemin de la croix. 

Pour cette année, ce vendredi saint tombe dans un contexte de crise sanitaire mondiale,  caractérisée par la maladie à coronavirus. Et les chrétiens n’auront donc pas la chance de rejoindre le temple pour méditer sur la passion du christ. Un défi qui mérite également, d’après le père Wilfrid Kibanda, une méditation. 

Débuté jeudi, le triduum pascal prendra fin ce samedi saint. Un temps fort qui précède la célébration de la fête pascale. 

COMMUNIQUE PROVINCIAL COVID-19

Depuis 6 jours la province du Nord-Kivu n’a pas enregistré de nouveaux cas positifs au Covid-19. C’est le ministre provincial en charge de la santé qui l’a déclaré ce vendredi 10 avril à Goma. Ce dernier qui faisait le bilan de 5 jours depuis le confinement de la ville de Goma et de l’isolement des autres grandes villes de la province notamment Beni et Butembo. Le docteur Moise Kanyere est ministre provincial de la santé.

Le gouvernement provincial appelle la population à la surveillance à base communautaire et remonter les alertes pour tout cas suspect, auprès des autorités et des équipes sanitaires déjà déployées sur le terrain.

RAVITAILLEMENT EN DENREES

Depuis la suspension lundi dernier du trafic des populations entre Butembo-Beni et Butembo-Goma suite au Coronavirus, les commerçants qui ravitaillent Butembo en denrées alimentaires sont sur le qui-vive. Avec la réduction du nombre de passagers sur les engins, ils ne savent plus rejoindre les marchés de l’intérieur pour s’approvisionner. Et les rares y délégués sont confrontés au problème de la hausse des prix de transport et celui des produits vivriers. D’où la difficulté de ravitaillement.

Sur le marché à Butembo, le prix des denrées alimentaires a flambée et la clientèle a baissé. Ce qui constitue, d’après ces marchandes, un manque à gagner.

Cette situation pourra perdurer, si des mesures d’encadrement du secteur de ravitaillement des produits vivriers ne sont pas trouvées, en cette période où le monde fait face à la pandémie de coronavirus.

INTERPELLATION DE VITAL KAMERHE

L’interpellation de Vital Kamerhe est signal fort d’un Etat de droit dans un Congo plongé dans des malversations financières depuis des longues années. C’est ce qu’estiment des analystes.

Pour ce politologue, cette poursuite engagée aujourd’hui contre les personnalités soupçonnées d’être impliquées dans des malversations financières est une marche importante vers la bonne gouvernance.

Vital Kamerhe a  été arrêté mercredi dernier au terme de son audition dans le cadre d’une enquête sur l’affectation des fonds alloués à l’exécution des travaux d’urgence du chef de l’Etat Felix Tshisekedi. Jusque ce vendredi, il est resté détenu à la prison de Makala, en attendant qu’il soit confronté à d’autres responsables d’entreprises impliqués dans l’exécution de ce programme.

Voici comment vous pouvez commenter cet article: Complétez le formulaire ci-dessous en mettant votre nom, l'objet de votre commentaire et le commentaire lui-même. Attention: Un commentaire non éthique ou qui ne cadre pas avec notre ligne éditoriale ne sera pas publié. Abonnez-vous sur notre chaine Youtube en cliquant sur ce lien:https://www.youtube.com/channel/UCZ5pjym2OH7lJLybU6GUVtA

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.