Journal du 09 avril 2020

SOMAMAIRE

Débute ce jeudi du triduum pascal au sein de l’Eglise universelle. Il s’agit d’un temps fort qui prépare la célébration de la pâque, fête  qui commémore la résurrection du  Christ. Les chrétiens sont invités à profiter de ce moment pour réfléchir sur leur vie, afin de mieux préparer leur destinée.

La zone de santé de Kayna s’est déjà dotée d’un plan de contingence pour y empêcher la propagation de coronavirus. Il s’agit d’un plan qui insiste sur la pratique des mesures d’hygiène dans cette zone de santé où transite nombreux passagers qui viennent de la ville pandémique de Goma.

JEUDI SAINT

Au sein de l’Eglise universelle, c’est ce jeudi  9 avril que débute le triduum pascal. Il s’agit d’un temps fort qui prépare la célébration de la pâque, fête  qui commémore la résurrection du  Christ. Dans l’Eglise catholique, l’institution du jeudi saint  se réfère au sommet de l’histoire de notre salut qui n’est autre chose que l’amour.  Cet amour que  Christ  a matérialisé en lavant les pieds de ces disciples  pour chuter  par le partage du repas.

Pour cette année, le triduum pascal intervient alors que toute célébration eucharistique est suspendue. Le Révérend père Innocent Kombi invite les chrétiens à profiter de ce temps fort pour réfléchir sur leur vie, afin de mieux préparer leur destinée.

PREVENTION CONTRE CORONAVIRUS DANS LA ZONE DE SANTE DE KAYNA

En zone de santé de Kayna, dans le sud du territoire de Lubero, les autorités sanitaires n’attentent pas enregistrer le premier cas de coronavirus pour prévenir les habitants contre la pandémie. Après avoir vaincu l’épidémie d’Ebola, cette zone de santé où transite nombreux passagers qui se rendent à Goma, vient d’élaborer un plan de contingence contre le coronavirus. Nous recevant dans son bureau, le médecin chef de zone nous révèle que ce plan insiste sur les pratiques d’hygiène à observer.

Docteur Kambale Tsongo Jean De Dieu parle du plan de contingence

Le médecin est bien conscient de la gravité de cette maladie qui endeuille aujourd’hui le monde. Occasion pour lui d’insister sur les mesures sanitaires à observer en vue  de faire face au Covid-19.

Respect des mesures contre Covid-19

Depuis l’apparition du Covid-19 au Nord-Kivu, la zone de santé de Kayna, situé à l’extrême sud du territoire de Lubero n’a  enregistré aucun cas jusque-là. Une situation qui réjouit le médecin chef de zone, vu les conditions sociales déplorables de la population de son entité sanitaire.

SANTE MENTALE 

Malgré qu’aucun cas de coronavirus ne soit jusque-là enregistré à Butembo, la pandémie commence déjà à affecter certains habitants. Au centre neuro psychiatrique  CEPIMA, le service médical vient d’enregistrer neuf cas de malades mentaux, victimes de traumatisme suite à la pandémie du COVID19. Il s’agit notamment de six hommes et trois femmes dont l’âge varie entre 15 et 30 qui sont psychologiquement affectés par coronavirus. Les agents de prise en charge appellent les habitants à se surpasser.

L’agent sanitaire, KIZITO BAHATI, Infirmier titulaire de CEPIMA, appelle également les parents à bien assurer la prise en charge des enfants en cette période des vacances.

Des dizaines de malades mentaux sont aujourd’hui admis aux soins au centre de santé mentale CEPIMA. Parmi eux, des personnes victimes de troubles mentaux suite à la guerre dans la région de Beni.

SECURITE

La police a présenté ce jeudi à la presse deux présumés bandits, accusés d’etre impliqués dans des cas d’insécurité à Butembo. Il s’agit d’un militaire et un civil arrêtés tous la nuit du 5 au 6 avril dernier alors qu’ils cambriolaient dans un domicile sur avenue Lubero, en commune de Kimemi.

La police signale qu’ils vont être transférés au près des juridictions compétentes pour l’instruction de leur dossier.

UDPS-BUTEMBO

Une crise de leadership secoue la fédération urbaine du parti présidentiel, Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS-Butembo. Deux camps  se disputent le contrôle de la permanence du parti cher au feu Etienne Tshisekedi. L’un a son bureau à Matanda, alors que l’autre a son bureau opérationnel près du Rond-point Soficom. Chacun de deux camps en lutte clame la légitimité de son leadership. Lwanzo Kasonia est porte- parole de l’UDPS pro Kyamungu. Kasereka Mbakwiravyo est vice president de l’UDPS pro Masangu

Le conflit n’est pas né avec l’arrivée du président Felix Tshisekedi à la tête du pays. Il date de plus de cinq ans. Cette crise instrumentalisée par certains hauts cadres du parti à Kinshasa aboutit parfois à des arrestations.

Voici comment vous pouvez commenter cet article: Complétez le formulaire ci-dessous en mettant votre nom, l'objet de votre commentaire et le commentaire lui-même. Attention: Un commentaire non éthique ou qui ne cadre pas avec notre ligne éditoriale ne sera pas publié. Abonnez-vous sur notre chaine Youtube en cliquant sur ce lien:https://www.youtube.com/channel/UCZ5pjym2OH7lJLybU6GUVtA

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.