Collation des grades académiques à l'ISEAB le 26 juillet 2017

  • Photo de famille à la cérémonie de collation des grades académiques à l'ISEAB.

  • Passation du pouvoir entre le nouveau président et l'ancienne présidente du comité des étudiants de l'ISEAB ce mercredi 26 juillet 2017

  • Photo des enseignants après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Le Père Thierry Kahongia, représentant le Père Général, grand chacélier de l'ISEAB à la cérémonie de collation des grades académiques ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques à l'ISEAB par le D.G. Wilfrid Kibanda entouré du coprs académique de l'ISEAB ce mercredi 26 juillet 2017

  • Des étudiants participent à Messe de clôture de l'académique 2016-2017 présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Des étudiants participent à Messe de clôture de l'académique 2016-2017 présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

Interview du Père Wilfried Kibanda

Maombi MUKOMYA : Vous comptez réaliser, en faveur des habitants de Butembo et environs, un projet de lutte contre les maladies des plantes par la multiplication des semences in vitro, est ce que vous pouvez nous en parler ?

Wilfrid KIBANDA : La RDC a une population qui vit au dépend de l’agriculture, et nous le savons, l’agriculture constitue le pilier important du développement, nous dépendons de l’agriculture. L’agriculture est un facteur de lancement d’investissement et de financement de plusieurs pays. C’est pourquoi vous verrez que plusieurs organisations mondiales investissent dans l’agriculture, comme la FAO, le PAM (programme alimentaire mondial) et d’autres organisations. Depuis quelques décennies, la République Démocratique du Congo aussi avait pris l’agriculture comme priorité des priorités. Elle avait mis sur pied un certain nombre des programmes pour appuyer les agriculteurs. Elle a mis sur pied des services comme l’INERA (Institut National d’étude et Semences comme SENASEM et le Service National de Vulgarisation SN). Depuis que le pays est en difficulté, l’agriculture est en panne. Les paysans qui font l’agriculture de survie sont quasiment abandonnés à eux-mêmes. Comme le malheur ne vient jamais seul, plusieurs de nos plantes sont attaquées par des maladies et la population se trouve en difficulté devant ce fléau. Voilà pourquoi l’ISEAB, en tant que institution universitaire dont la mission est de rendre des services  à la population, a conçu en partenariat avec ADL ASSOMPTION dans son programme MUVINGANZALA, de travailler à appuyer les agriculteurs pour l’amélioration de semences et lutter  contre les maladies et cela à travers un outil technique scientifique, un laboratoire qui traite donc les semences robustes qui résistent aux maladies.

Piscas KASUMBA : Quelles sont les grandes activités que vous comptez réaliser dans ce projet ?

WK : D’abord, il s’agit d’un laboratoire de biotechnologie, pour améliorer les semences ,mais

WK : D’abord, il s’agit d’un laboratoire de biotechnologie, pour améliorer les semences, mais à part cela, il y a le travail de vulgarisation et d’accompagnement des populations. C’est donc pour leur apprendre comment traiter ces semences que nous allons leur proposer pour qu’elles résistent aux maladies que nous connaissons dans la région.

Piscas KASUMBA : En RDC, l’agriculture est en voie de disparition, elle est laissée aux petits exploitants dépourvus de moyens, selon vous quelles sont les pistes de solution pour palier à ce problème ?

WK : Normalement, il y a certains programmes du gouvernement, mais faute de bonne gouvernance, nous en tant qu’institution supérieure et universitaire, nous avons l’obligation de résoudre les problèmes auxquels nos populations sont confrontées.

Amini KAMANDI : Est-ce que l’ISEAB dispose de moyens financiers et techniques pour mettre en œuvre ce projet de laboratoire ?

WK : Je suis heureux d’annoncer à la population de Butembo et environs que ce projet vient d’être financé. Il y a d’abord la phase électrique, nous aurons une source d’énergie renouvelable, les panneaux solaires et un équipement du laboratoire in vitro qui est en route. Nous avons donc tout ce qu’il faut pour arriver à cela.

Maombi MUKOMYA : L’ISEAB, en dehors d’ADL ASSOMPTION, a-t-il d’autres partenaires extérieurs qui contribuent à la réalisation de ce projet ?

WK : En dehors de l’ADL ASSOMPTION ; il y a l’organisation SALE DE LA TERRA (Sel de terre), il y a la Conférence Episcopale Italienne qui nous appuient dans ce projet. Pour les moyens humains, nous avons aussi des techniciens de développement pour des questions de vulgarisation et d’accompagnement de la population.

Maombi MUKOMYA : Comment la population va-t-elle bénéficier de ce projet ?

WK : La population va en bénéficier, nous ferons des points de vulgarisation, un laboratoire en ville de Butembo, et pour ça nous envisageons Bulengera qui est une région qui peut être à l’écart des autres menaces de pollution, et après nous allons développer des points de vulgarisation dans les régions  selon les demandes des populations que nous aurons à accompagner  à travers ces séances de vulgarisation.

Maombi MUKOMYA : Localement, il existe d’autres institutions d’enseignement supérieur et universitaire et des structures qui s’occupent  de l’agriculture et qui accompagnent la population, n’envisagez-vous pas de collaboration avec elles ou n’avez-vous pas peur de faire une sorte de télescopage avec elles ?

WK : Non. Je ne le pense pas car notre projet est original. Il n’y a pas encore un laboratoire d’amélioration des plantes que je sache au Nord-Kivu. Il y a quelque chose à Kinshasa, à Kisangani mais dans le grand Kivu, il n’y en a pas encore. Donc au contraire nous allons aider ceux qui sont déjà sur terrain et améliorer ce qu’ils ont fait .Nous serons un apport de loin meilleur et ils seront les bienvenus pour collaborer avec nous.

Maombi MUKOMYA : Souvent, on entend parler de FAO et d’autres organismes des Nations Unies qui procèdent à la distribution des semences, n’avez-vous pas envisagé de collaboration avec eux ?

WK : Jusque-là non. Nous n’avons pas eu de contact avec eux, mais dans l’avenir, s’ils peuvent appuyer une organisation local, nous garderons nos portes ouvertes. Nous envisageons le début des activités en 2018.  

Nouvelles construction à Vulamba site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Construction du deuxième bloc à Mirador

  • Construction du deuxième bloc à Mirador

  • Le premier bloc de Mirador

  • Construction du deuxieme bloc Mirador

  • Construction du deuxieme bloc Mirador