Collation des grades académiques à l'ISEAB le 26 juillet 2017

  • Photo de famille à la cérémonie de collation des grades académiques à l'ISEAB.

  • Passation du pouvoir entre le nouveau président et l'ancienne présidente du comité des étudiants de l'ISEAB ce mercredi 26 juillet 2017

  • Photo des enseignants après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Une photo de famille après la cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Le Père Thierry Kahongia, représentant le Père Général, grand chacélier de l'ISEAB à la cérémonie de collation des grades académiques ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques par le D.G. de l'ISEAB entouré du corps enseignant ce mercredi 26 juillet 2017

  • Cérémonie de collation des grades académiques à l'ISEAB par le D.G. Wilfrid Kibanda entouré du coprs académique de l'ISEAB ce mercredi 26 juillet 2017

  • Des étudiants participent à Messe de clôture de l'académique 2016-2017 présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Des étudiants participent à Messe de clôture de l'académique 2016-2017 présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

  • Messe de clôture de l'académique 2016-2017 et collation des grades académiques. Messe présidée par Père Thierry Kahongia, assistant général des Augustins de l'Assomption

Filières de formation et capacités entendues

Depuis son agrément par l’Etat congolais, l’ISEAB organise, jusqu’à la licence, trois sections : Philosophie, Sciences et techniques de développement (STD, en sigle), Sciences de l’information et de communication sociale (SICS, en sigle).  Il sied de préciser que depuis l’année académique 2013-2014, l’ISEAB a eu l’autorisation d’ouvrir une nouvelle section, l’Informatique de gestion (GI)

  1. La Philosophie

La section de Philosophie a une histoire plus longue que les autres; elle fonctionne, en effet, depuis 1982. Conçue, au départ, pour la formation des religieux qui se destinent au sacerdoce, elle est désormais ouverte à tous ceux qui veulent développer leurs capacités réflexives et critiques par rapport à la culture en général. L’ISEAB veut proposer à la société des cadres réfléchis qui participent à l’émergence des discussions ouvertes sur nos problèmes de vie, qui apprennent et aident à garder la liberté de penser, en entrant dans les débats constructifs sur la bonne gouvernance, le développement durable. Elle vise à renforcer les compétences écrites, orales et discursives des étudiants à partir de la découverte de la grande tradition philosophique occidentale et africaine. Tout son programme est conçu pour garantir les bases épistémiques d’une réflexion critique et constructive sur les questions culturelles de notre temps. Les capacités de problématisation, d’analyse, de synthèse et de critique sont aiguisées par la pratique de la dissertation et de commentaire de texte.

  1. Sciences et Techniques de développement (STD)

En Sciences et Techniques de Développement, nous organisons six options reparties dans deux départements à savoir le développement communautaire qui entre dans la catégorie des études de développement des milieux urbains et le développement rural qui entre dans la catégorie des études des milieux ruraux.

D’une manière générale, le Développement Communautaire comporte trois options : la gestion de l’environnement, la gestion et administration des projets et les sciences du travail. L’ISEAB organise pour ce moment les deux premières.

La Gestion de l’Environnement (G.ENV.) se justifie par le fait que, suite à une démographie galopante, les ressources renouvelables ou non sont exploitées de manière anarchique sans souci des générations à venir. Les finalistes de cette option, ayant compris certains phénomènes qui se passent dans la nature et qui sont susceptibles d’être modifiés par les activités de l’homme, aideront les populations dans la perception des problèmes d’environnement tels que : 

l’érosion ;

la déforestation ;

le réchauffement progressif du globe ;

les décharges des déchets non contrôlés ;

la pollution de l’atmosphère ; etc.

Ils seront également capables de créer des sites touristiques et des réserves pour protéger les espèces animales et végétales menacées de disparition.

Après leur formation en Gestion et Administration des Projets (GAP), les étudiants en cette option seront capables de :

Concevoir, élaborer, gérer et évaluer les projets de développement communautaire ;

Trouver certaines solutions aux problèmes de santé en milieu urbain;

Chercher à mettre l’équilibre entre la politique éducative en vigueur et le développement communautaire;

Procéder aux aménagements urbains qui tiennent compte non seulement de l’esthétique mais aussi du respect de tous les secteurs de la vie humaine (sport et loisir, écoles, Église…) et permettant la conservation du sol ; etc.

Le Développement Rural quant à lui comporte six options à savoir lOrganisation Sociale, les Techniques Rurales, la Gestion des Entreprises de Développement Rural, la Planification Régionale, l’Environnement et Développement Durable et l’Administration Rurale. Toutes ces options cherchent à approcher systématiquement les problèmes ruraux en y apportant quelques solutions. L’ISEAB organise, pour ce moment, les quatre premières.

Les finalistes en Organisation Sociale (O.S.)  seront en mesure :

D’associer les populations rurales en syndicats, comité de développement, club de développement, coopératives, mutualités, organisation non gouvernementales de développement afin d’unir les forces physiques et financières pour résoudre les problèmes ruraux ;

D’élaborer les textes régissant ces diverses formes d’associations, c’est-à-dire, élaborer l’Organigramme, les Statuts et/ou le Règlement d’Ordre Intérieur, les conditions d’appartenance, etc. ;

De gérer les conflits pouvant provoquer la dislocation directe ou lointaine des ces associations.

Les finalistes en Techniques Rurales (TR) seront, quant à eux, capables :

De maîtriser les techniques de développement relatives à la vie en milieu rural. Il s’agit notamment des techniques agricoles, des techniques d’élevage, les techniques en rapport avec la gestion des ressources énergétiques (foyer améliorés, production d’électricité localement,..), les techniques de pêche, les techniques apicoles,… ;

De réaliser certaines expérimentations sur le terrain, expérimentations qui leur permettront de sélectionner les techniques adaptées au milieu précis en vue de leur bonne vulgarisation, etc.

Au terme de leur formation, les étudiants en Gestion des Entreprises de Développement Rural (GEDR) seront en mesure :

D’identifier les activités économiquement rentables en milieu rural comme les plantations, les fermes, les tanneries, les forgeries et d’autres entreprises artisanales;

Contribuer à la gestion rationnelle des ressources humaines, matérielles et financières des entreprises rurales en vulgarisant les techniques de gestion simples adaptées aux paysans;

De maîtriser les techniques de distribution et de commercialisation de produits agro-pastoraux ; etc.

Après leur formation, les étudiants en Planification Régionale (PR), ayant maîtrisé les techniques de planification, pourront être capables :

D’analyser les besoins de la population et concevoir, planifier, élaborer, évaluer et suivre les plans d’action, programmes et projets de développement local, régional et national ; 

De concevoir différents plans de développement local, régional, national et en faire le suivi ;

De vulgariser les techniques de planifications simples adaptées aux paysans, etc.

  1. Sciences de l’information de communication (SIC)

En Science de l’Information et de Communication, l’ISEAB voudrait promouvoir des professionnels de l’information dans notre milieu local. Il est bien vrai que ceux qui s’y engagent maintenant, ne perçoivent pas, à court terme, une perspective d’embauche. Pourtant cette section reste aussi importante que les autres. Nul doute que le savoir est déjà et sera un enjeu majeur, peut-être le plus important dans la compétition mondiale pour le pouvoir, comme l’écrivait dès 1979 le philosophe français François Lyotard. Il prophétisait qu’après s’être battus pour la maîtrise des territoires, puis des matières premières et des mains d’œuvres bon marché, les Etats-Nations allaient se battre à l’avenir pour la maîtrise des informations. Il voyait là l’ouverture d’un « nouveau champ pour les stratégies industrielles, commerciales, militaires et politiques ». C’est assez dire sur l’opportunité de cette section.

Les cours du premier cycle forment des professionnels des médias, c’est-à-dire des vrais usagers des moyens de communication, des hommes et des femmes capables d’écouter et d’interpréter l’essentiel des entretiens et des discours, de les communiquer sans ambages et objectivement. Véritables « leaders d’opinions », ils ont le devoir d’animer et de sensibiliser les masses sur les grands défis de nos sociétés modernes. D’où, les cours théoriques et pratiques basés sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) qui rendent les étudiants vraiment capables de situer l’opinion publique au sujet des enjeux sociaux et politiques de leur temps. La section des Sciences de l’Information et communication sociale veut participer à la formation des « praticiens » des médias, maîtrisant les nouvelles formes de communication sociales. De nos jours, qui détient l’information (et bientôt la connaissance, c’est-à-dire les capacités de traitement et d’analyse), organise sa circulation, détient le pouvoir. Dans notre cas, la désinformation sur les enjeux politiques et sociaux empêche une conscience civique engagée, l’éveil à ce qui se passe dans la société. Pour l’apprentissage du journalisme professionnel, l’ISEAB dispose de plusieurs outils pédagogiques : la Radio-Moto, Le Journal-école Kengele et le studio de l’audio-visuel.

Dans notre milieu, même si les jeunes sont bien engagés dans la presse radiophonique, la presse écrite reste, par contre, à promouvoir.

Après le premier cycle, l’étudiant est libre de s’orienter dans une des options suivantes qui ont des objectifs spécifiques:

Le journalisme politique qui ouvre à deux orientations : La politique intérieure (JPI) et la politique extérieure (JPE).

Ceux qui finissent en politique extérieure sont utiles à la société pour éclairer l’opinion sur les enjeux des relations bilatérales et internationales qu’entretient notre pays avec les autres pays du monde.

Ceux qui finissent en politique intérieure, par ailleurs, aident notre nation ainsi que l’opinion publique à consolider la politique interne afin de maintenir leur souveraineté nationale. Les ressortissants de cette orientation doivent se confirmer comme des vrais éclaireurs de l’opinion publique et politique en faveur de l’intérêt général.

La communication des organisations (CO)

Toute organisation, pour se maintenir et pour progresser, pour générer ses biens et services, a besoin de maintenir un bon climat en son sein (c’est-à-dire une bonne communication entre ses agents internes) ainsi qu’une bonne image envers son environnement externe en communiquant bien avec ses clients et partenaires. Telle est la raison d’être de l’option de la communication des organisations au sein de la Section de Sciences de l’Information et de la Communication.

En effet, après leur formation, les ressortissants de cette option sont employés comme les conseillers en communication, comme les chargés des relations publiques ou comme les agents « marqueteurs » au sein des organisations non gouvernementales (ONG), gouvernementales et entreprises de toute forme.

La communication sociale (CS)

Les ressortissants de cette option sont surnommés « les ingénieurs sociaux ». En effet, quand on sait bien que là où la communication ne marche pas, tout bâcle, il est nécessaire de consolider la communication sociale. Les communicologues « communicateurs sociaux » sont les vrais sensibilisateurs des masses pour le bien-être social. Ils sont utilisés par les organisations tant gouvernementales que non gouvernementales, pour conduire les populations ciblées par tel ou tel autre projet ou produit à y adhérer (ou non s’il le faut) pour leur bien-être. Ils sont donc des vrais agents pour le développement intégral des sociétés tant rurales qu’urbaines.

La publicité et animation socioculturelle (PASC)

Les étudiants ressortissants de cette option sont à 50 % communicateurs des organisations et à 50 % communicateurs sociaux. En effet, en général, les études dans cette option conduisent ses ressortissants vers les mêmes finalités évoquées pour la communication des organisations et la communication sociale avec cette différence que les publicitaires et animateurs socioculturels effectuent des descentes sur le terrain non seulement pour faire connaître un nouveau produit au service de la société, mais aussi et surtout pour sensibiliser et animer les masses à y adhérer pour leur bien-être. Les finalistes de cette option travaillent pour le compte des organisations non gouvernementales, gouvernementales et associations comme vrais animateurs politiques, des animateurs de développement et autres.

L’ISEAB a fait une première expérience avec l’option « Edition Multimédia » à partir de l’année académique 2012-2013. En perspective, l’ISEAB pense ouvrir (si candidats il y a) deux autres options : le cinéma et art du spectacle (CAS) et les multimédia (MM).

Les  formations organisées par l’ISEAB sont complémentaires au niveau de la projection du futur, de la vulgarisation des outils pédagogiques de développement. Notre Institut supérieur veut être une opportunité pour les jeunes qui s’y orientent de mettre leur courage et leur créativité à l’épreuve, pour construire, envisager un monde viable et vivable. Il s’efforce, dans tous ses programmes, de sensibiliser les jeunes à la problématique de la gestion raisonnée et planifiée des ressources locales disponibles, pour le compte de tous.

  1. L’informatique de Gestion

L’informatique de gestion est une nouvelle orientation de la formation en Informatique. Cette formation apprend à entretenir et à développer les logiciels destinés à la gestion de l’entreprise. Les diplômés de cette filière sont préparés à travailler dans les grandes entreprises utilisatrices des logiciels de gestion dans les secteurs de la banque, de l’assurance ou de développement, etc. Ils sont chargé de développer des applications destinées à la gestion (comptabilité, finance, logistique, etc.). Ils sont chargés d’étudier la faisabilité technique des besoins fonctionnels (Analyse ou test des logiciels), de concevoir et développer un logiciel ou pro-logiciel. Ils peuvent également assurer la mise en production en s’occupant du déploiement du système d’information ou des applications à l’ensemble de l’entreprise ou un service. Enfin, ils peuvent effectuer la tierce maintenance des applications en faisant la maintenance évolutive, corrective et applicative et préparent les évolutions des systèmes d’information.

Les étudiants en informatique de gestion doivent connaître les principaux processus de développement des logiciels. Ils doivent être capables de modéliser un système d’information simple dans le but de créer une base de données relationnelle. Ils doivent être en mesure de mettre à jour et interroger une base de données en SQL, extraire un tableau de bord d’une base de données. Ils doivent enfin connaître les concepts de base d’une architecture client/serveur (sites web statique et dynamique).

Ceci suppose une bonne connaissance de l’environnement Windows, Linux, Unix, et autres systèmes d’exploitation, des notions de base en algorithmique et programmation.

En effet, l’apprentissage des langages de programmation est une filière d’avenir pour les jeunes congolais à l’ère de la mondialisation et de la révolution technologique qui impose l’automatisation de tous les secteurs de la vie, surtout l’administration et la gestion d’entreprises étatiques, paraétatiques et privées. L’informatique est un formidable accélérateur de croissance économique.

Or les compétences dans ce domaine font encore défaut dans notre pays confronté au défi de l’enclavement numérique. Néanmoins, dans un proche avenir, ces compétences seront essentielles pour décrocher l’emploi de qualité et indispensables pour créer une entreprise. La révolution numérique est donc une opportunité. Former les jeunes dans ce domaine c’est les préparer à être des hommes de leur temps. Car la dimension transversale de l’informatique de gestion va être de plus en plus prégnante.

L’informatique de gestion offre d’énormes possibilités qui passent par le développement d’applications. Or nous pourrions nous trouver devant une pénurie en main d’œuvre qualifiée en programmation. En fait l’informatique de gestion est une fonction qui couvre progressivement l’ensemble des activités destinées à la gestion d’une entreprise ; et les cadre de la fonction informatique de gestion sont caractérisés par la mobilité professionnelle entre expertise technique et expertise fonctionnelle.

Selon le législateur congolais, le ministère de tutelle, c’est en deuxième licence que la spécialisation prend deux orientations : la conception des systèmes d’information et les réseaux informatiques.

CENTRES

- Centre de Formation en Informatique de l’Assomption (CEFIA)

- Laboratoire informatique

- Centre d’énergie renouvelable

- Centre de Recherche  CRISEAB et la Chaire d’Alzon.

- Centre Multimédia

- Studio d’Alzon.com

- Développement intégré avec SEADI (Solidarité Emmanuel d’Alzon pour le Développement Intégral)

- Journal école Kengele

1.4. Mission et Vision

Dans son plan stratégique de développement pour les dix ans à venir, l’ISEAB se définit comme une Fondation pour l’Excellence avec la Mission et la Vision respectivement libellées comme suit :

  1.  Mission

« Ancré dans les traditions religieuses et intellectuelles Catholiques, l’Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo (ISEAB) travaille à la formation des diplômés reconnus pour leurs vertus civiques et académiques, leurs compétences professionnelles et leurs traits de caractère.

Les vertus académiques comprennent leurs capacités de recherches approfondies, de pensées critiques, de raisonnement empirique, de communication persuasive et d’intégration de concepts divers. Les vertus civiques comprennent leurs engagements personnels dans des actions individuelles et collectives aux services de la justice sociale. A ces vertus sont associés des traits de caractère, notamment l’ouverture d’esprit, le souci des autres, la persévérance, le courage, et l’engagement personnel à l’excellence. Les compétences professionnelles incluent l’usage des technologies de l’information et l’acquisition des capacités de direction organisationnelle. Nous poursuivons ces objectifs ambitieux à travers un programme inspiré par notre Patron, le Vénérable Père Emmanuel d’Alzon ; un programme ancré dans les arts libéraux et comprenant des domaines de formation professionnelle. Nourris de l’affirmation Catholique de l’harmonie entre foi et raison, nous visons, par la quête de la vérité, la transformation du cœur et de l’esprit de nos étudiants. Nos diplômés sont équipés de ces différentes capacités en vue d’enrichir et de transformer la société congolaise. L’ISEAB professe une diversité et une ouverture œcuménique à tous ceux qui partagent ses objectifs ».

 6.2. Vision

Pour remplir cette mission, l’ISEAB s’est proposée la vision suivante pour les dix ans à venir (jusqu’à 2026).

« L’Institut Supérieur Emmanuel d’Alzon de Butembo deviendra une institution leader d’éducation  universitaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo. En faisant ainsi, il sera internationalement reconnu comme un modèle d’acteur local pour ramener la paix et la stabilité dans une région longtemps ravagée par la violence, la pauvreté et les maladies. Pour atteindre cet objectif, l’ISEAB deviendra une institution plus concurrentielle, plus polyvalente et plus forte en croissance. Pour accomplir cet objectif, l’ISEAB sera reconnu pour :

  • sa grande fidélité à sa mission, sa forte réputation académique basée sur un programme classique d’arts libéraux, un programme enraciné dans les traditions Catholiques et Assomptionnistes ;
  •  la solidité de ses programmes de formation professionnelle, technologique, et de gestion;
  • un corps académique et scientifique réputé enseignant, praticien et mentor;
  • des bâtiments distingués et toutes autres ressources d’ordre pédagogique.

Bâti sur la vision de ses fondateurs, les Augustiniens de l’Assomption,   l’ISEAB  sera un lieu d’excellence dans toutes les dimensions de l’expérience des étudiants à travers une approche holistique et intégrée pour une formation complète des étudiants ».

7.  Du atrimoine spirituel

Comme institution éducative privée d’obédience catholique, l’ISEAB veut que ses étudiants soient « formés à devenir des hommes éminents par leur science, prêts à assumer les plus lourdes tâches dans la société, en même temps qu’à être des témoins de la foi dans le monde » (Jean-Paul II, « Ex corde Ecclesiae ». Constitution apostolique sur les universités Catholiques, 15 août 1995, n°9). Comme Institut technique privé catholique, son enseignement n’est pas confessionnel. Il n’est pas seulement un lieu d’enseignement, d’apprentissage du savoir et du savoir-faire, mais un lieu de vie, de rencontre entre les personnes, de développement et de promotion de chacun des étudiants qui le fréquentent. En plus de la rigueur dans le travail, il met une note particulière sur le respect des autres, de leurs convictions, préalable pour le respect de la chose commune.

Dès sa création, l’Institut a été caractérisé par sa vénération pour saint Augustin et son héritage intellectuel et spirituel. De sa pensée, l’Institut a pris comme devise ces mots: « Noverim Me, noverim Te» qui se traduisent : « Que je me connaisse, que je Te connaisse »[1]. Cet axiome d’Augustin qu’on retrouve à toutes les étapes de son œuvre, revêt pour lui tout un programme : son désir se résume en effet dans la connaissance de Dieu et de l’homme, sans ignorer la dimension sociale de l’existence.

8. Patrimoine matériel et immobilier

A Bulengera, les bâtiments académiques comprennent deux blocs :.le premier bloc abrite un grand auditoire de 100 places, deux salles de cours de 35 places chacune, les bureaux décanaux, la salle des enseignants ; le deuxième pavillon comprend une bibliothèque, avec environ 50.000 livres, en sciences humaines surtout, un dépôt où les livres transitent pour être classés, deux salles attenantes, dont l’une pour le fichier et sa consultation, une autre pour la lecture.

A Kambali, l’institution dispose de 7 auditoires, une bibliothèque de plus de 10 000 livres et des laboratoires cités plus haut.

Considérant, la croissance de l’institution, ses promoteurs lui ont cédé un terrain de 6 hectares dans la commune Kimemi. Depuis 2013, les travaux de construction des auditoires modernes s’y déroulent. 12 auditoires d’une capacité d’accueil globale de 600 étudiants sont déjà réalisés. L’ISEAB y sera donc implanté progressivement de manière permanente.

Progression de la population estudiantine

Année

académique

A la rentrée

 

A la clôture

 

Filles

 

Garçons

 

Total

 

Filles

 

Garçons

 

Total

 

2010-2011

 

261

 

279

 

540

 

255

 

265

 

520

 

2011-2012

 

300

 

299

 

599

 

236

 

325

 

591

 

2012-2013

 

299

 

279

 

578

 

279

 

275

 

554

 

2013-2014

 

306

 

270

 

576

 

297

 

265

 

562

 

2014-2015

 

320

 

316

 

636

 

308

 

303

 

611

 

2015-2016

 

 

 

 

 

 

2016-2017

 

 

 

 

 

 

 



[1]AUGUSTIN (Saint), Soliloques, II, 1.

 

 

Nouvelles construction à Vulamba site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Travaux de construction au site Mirador

  • Construction du deuxième bloc à Mirador

  • Construction du deuxième bloc à Mirador

  • Le premier bloc de Mirador

  • Construction du deuxieme bloc Mirador

  • Construction du deuxieme bloc Mirador