Conférence en SIC ce samedi 9 juin 2018

Les étudiants des Sciences de l’Information et de la Communication ont participé à une conférence ce samedi 9 juin 2018 dans la salle jubilé. Deux thèmes ont été débattus à l’occasion respectivement par le chef de section de SIC, le Père Claude Vinduvikumwa et le Directeur Général, le Père Wilfrid Kibanda. Deux thèmes qui ont enchanté les participants.

C’est par une prière du Père Claude Vindu que tout commençait. Dans la salle, on doit signaler la présence du DG de l’ISEAB bien que orateur du jour, le Secrétaire Général Académique, le Père Omer Kasyakulu, des Assistants Maombi Mukomya et Nzanzu Justin et de plus de 50 étudiants venus écouter les deux thèmes. Dans son exposé intitulé La recrudescence des conflits dans le nord-kivu, un problème de communication proxémique, l’orateur a commencé par expliquer en long et en large les concepts communication et proxémique. Pour lui, les deux concepts mixés signifient relations entre soi et autrui sur le plan distance et espace que chacun d’eux occupe. En essayant d’expliquer comment la communication proxémique peut être à la base des conflits nord kivutiens, le Père vindu a mentionné que le conflit naît quand quelqu’un veut te ravir ton bien et surtout ton espace pour se l’approprier et se l’appartenir. "C’est pour cette raison que nous écoutons de temps à temps les hutus vouloir s’identifier en autochtones de rutshuru, de masisi voire de walikale ; les bahunde s’identifier propriétaires de Goma et de masisi ; les banyanga se faire appartenir au territoire de Walikale et les banande le faire pour le territoire de Lubero et Beni. Ce qui engendre des conflits dans le chef de ces différentes éthnies". 

 
Le conflit des normes culturelles  dans les mariages africains, un défi à relever

Au cours de son allocution, le Père Wilfrid Kibanda s’est mis à citer des règles injustes pour la culture africaine dont notamment la dot qui est une règle obligatoire. Pour lui, la dot, jadis appelée par les missionnaires "gage d’alliance" s’est transformé en prix d’achat et prix de vente refoulés. "Dans le temps, lorsqu’il y avait un problème dans un couple, par exemple l’infertilité, le mari ramenait sa partenaire chez elle et prenait en contrepartie sa petite ou grande sœur ; comme pour montrer que ce ne sont pas des chèvres qu’on cherche mais la femme et donc l’amour.  Ce qui n’est pas le cas actuellement. En ces jours,les membres de la famille de la femme sont obligées de rembourser les chèvres". L’orateur du jour a souhaité que les africains reviennent à la coutume ancienne, celle de la gage d’alliance car, affirme- t-il, plus on dote une fille avec une somme mirobolante, elle risquera d’être esclave dans son foyer, le mari se réclamant l’avoir acheté très cher 100 ou 200$ par chèvre. Raison pour laquelle chères amies, vous devez sortir dans ce schéma intérêt et perte quand vous voulez vous marier conclue-t-il.

Au sortir de la salle Kambale Wavomundu de L1 SIC analysant le premier thème,  avoue n’avoir jamais pensé que les conflits du nord-kivu seraient dus à la communication proxémique. "J’ai découvert quelque chose de très important que j’ignorais. Je suis surpris de constater que la communication, si on en tient compte, est aussi une piste à exploiter en vue de la pacification de notre province. Après des longues explications quant à ce, je crois que si les autorités politico-administratives prenaient compte de la communication, cela peut tant soit peu contribuer à la sécurisation de cette partie" indique-t-il. Par ailleurs, commentant sur les conflits qui gangrènent la coutume africaine à nos jours, Kasereka Guellord de G2 SIC loue le bon choix du Père Wilfrid Kibanda pour la simple bonne raison que le problème de dot est un défi de la saison. " Si nos familles prenaient en considération la gage d’alliance, le mariage serait l’envie de tout garçon. En mon sens, les gars ne se marient plus vite à cause notamment de la dot qui a pris une valeur et prix très élevés. Nos familles doivent revoir cette manière de faire car, d’après tout, quand on épouse une fille c’est même le début d’une grande alliance et amitié" précise-t-il.

 Il faut dire que cette conférence intervient dans la suite des activités scientifiques que l’ISEAB organisera désormais toutes les années académiques. 

   
Janvier Syauswa

Voici comment vous pouvez commenter cet article: Complétez le formulaire ci-dessous en mettant votre nom, l'objet de votre commentaire et le commentaire lui-même. Attention: Un commentaire non éthique ou qui ne cadre pas avec notre ligne éditoriale ne sera pas publié.

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.